Demi journée d’apprentissage en réservoir

Ce matin, direction un nouvel étang que j’ai découvert à l’occasion d’un événement organisé par mon club de pêche à la mouche, le GPS Moselle.

Il s’agit d’un réservoir, où la pratique de la pêche à la mouche est utilisée. De prime abord, ce n’est pas vraiment le genre de pêche que j’affectionne. Mais ce réservoir est perdu au milieu de la nature, et le calme y règne. Concernant la pêche, ne nous cachons pas, il s’agit de truites arc en ciel alevinées. Et pourtant, lors du précédent essais d’une petite heure il y a quelques jours, cela ne m’a pas déplu, bien au contraire !

Réservoir
Réservoir

Je décidais donc d’y retournai en coup de vent hier pour une bonne heure sans succès, et surtout, en galérant pas mal pour lancer.

Ce matin, j’avais prévu d’y passer une demi journée. Je commence sur les bords à nouveau, bien qu’une barque soit mise à disposition pour qui le souhaite. Malheureusement une nouvelle fois, je sens que je ne pêche pas trop bien. Souvent face au vent (tout le réservoir n’est pas accessible du bord), je ne parviens par à pêcher de façon correcte. Deux heures après avoir commencé, et sans la moindre activité sur mes mouches, je décide d’utiliser la barque afin de me rapprocher du milieu de l’étang.

A partir de ce moment, ce sera deux heures riches en apprentissage et en observation. Déjà pour lancer, pouvant cette fois profiter du vent, cela se passe mieux, je peux rallonger les lancés et je commence à mieux m’en sortir.

Sur l’eau, je parviens à voir les poissons qui s’alimentent. Je n’ai fait le choix de ne pêcher qu’en sèche aujourd’hui. Je parviens à voir les mouches dont les poissons se désintéressent complètement et au contraire, celles qui retiennent leur attention. A force de changement, j’ai mes deux premières montées, mais qui se soldent par un refus. Pas bêtes les bêtes ! Le grand soleil et le réservoir presque lisse ne jouait pas en ma faveur je pense.

Finalement, sur une cul de canard rouge et blanche, je parviens à avoir un premier gobage, mais je rate mon ferrage. Peu de temps après, rebelotte, ça monte, ça prend, mais je ferre dans le vide !

La troisième sera la bonne, avec une truite ayant probablement eu pitié de moi :)
Je constate que je suis totalement perdu, que ça soit pour le bon timing du ferrage, mais aussi le combat, sur lequel j’ai franchement été nul :D

Truite arc en ciel
ARC de réservoir

Au final, je retiendrai de ces 4 heures une séance ultra enrichissante. Je pense avoir trouvé un lieu (à 15 minutes de la maison !) où je vais vraiment pouvoir progresser en technique, du lancé à la mise à l’épuisette, en passant par le combat. J’y retournerai avec grand plaisir dès que possible :)

Je monterai aussi, lorsque je le pourrai, quelques mouches plutôt destinées à la pêche en réservoir, car j’ai cru comprendre qu’il s’agissait vraiment d’une pêche totalement différente de ce qui se fait en rivière.